En Haiti, Une nouvelle gaffe de l'OEA et La Comédie Continue!

Monday, January 10, 2011 1 comments

Ce matin , je n'étais pas sans étonné de lire  sur les journaux ce nouveau titre á sensation:
Les observateurs internationaux de l'OÉA (Organisation des états américains) recommandent l'exclusion de Jude Célestin au second tour.”
Maintenant ils veulent que Jude Celestin soit radicalement éliminé du second tour et que le candidat arrivé troisième, Michel Martelly, se retrouve au second tour contre l'ancienne Première dame Mirlande Manigat.
Cette nouvelle est tombée telle une "soupe-joumou" au premier Janvier. Tant elle est savourante pour l’opinion publique.
Cependant, j’étais encore plus surpris de remarquer que moi, contrairement á l’opinion publique, j’en était choqué.  Choqué non parce que j’étais frustré devant cette supposé requête d’exclusion du candidat Jude, mais plutôt de voir la façon avec laquelle cet arrogant Organisme International s’offre le luxe de  jouer, á sa guise, aux dés avec le destin et la démocratie d’un pays.  Et pis encore, frustré devant le plein pouvoir á sous-estimer l’autorité d’un Gouvernement (Gouvernement d’Haiti).  Car  une telle filtration au public avant même l’appréciation du gouvernement sur le dossier,  c'est l'affronter, le mettre  au défi et devant le fait  accompli…   Et ce, en dépit de  la grande sensibilté du dossier dans cette conjoncture si précaire. Et cette autorité onusienne, dans sa pertinence infantile, va juqu'á déclarer : « Il sera très difficile pour Préval d'ignorer cette recommandation ». Suposons que le gouvernement (comme l'auraient fait un Castro, Ahmadinejad ou un Kim Jong-il) décide de garder sa face (face du diable ou Non) s'appuyant sur ce proverbe créole : "Animal nan mal net li nan mal net" ( Etant déjá dans le mal, rien ne changera, ainsi sera)... Qu'est-ce qui arrivera?  Qu'est-ce qui se passera á ce petit peuple, la victime perpétuelle?hmmm

Par lá, j’estime que L’OEA n’a aucune raison voire droit de laisser filtrer une telle déclaration en publique(si ce n'est qu'intentionnelle), d’autant plus que son rôle est “Observateur et Coopérateur”  et non décideur encore moins donneur de leçon.
Je vais encore même plus loin car je suis confus. Je me demande si L’OEA n’est pas entrain de nous jouer  un mauvais tour, quand cette même organsation, le lendemain de l’élection sans gêne avait déclaré, par le biais de son envoyé special  Colin Granderson, chef d’une prétendue mission d’observateur, je répete monsieur :  “La mission ne pense pas que ces irrégularités, aussi sérieuses soient-elles, invalident les élections." Par conseequent l’election a été juste et valide. Une déclaration qui avait consolidé le pouvoir en place dans son désir  de continuer á giffler le peuple des pertinences de ses élection-selctions bidon et á trôner en maitre et seigneur sur son cheval de Troie vers un 7 Février assuré et calculé.


.
 De lá, il faut comprendre que cette mission, contre tout et malgré tout,  avait consenti á valider ces élections, fermant á volonté ses yeux sur toutes les  immoralités, malversations et bêtises flagrantes qui ont caracterisé cette violation sanglante du fameux dimanche 28 novembre 2010. Et voilá maintenant, elle a l’audace de nous demander de valider les élections sans valider les résultats.  C’est á faire rire! Mais, ça blesse l’intelligence et froisse l’ardent désir á se sentir orgueuilleux d’être Haitien. 
Comment se fait-il que, jusqu’á présent, nous ne pouvons pas nous rendre compte que ces ennemi-amis n’ont pas la capacité de penser pour nous, puisqu’ils ne nous connaissent pas  et ignorent tout ce que je pourrais appeler l’Ame haitienne. 
Peut-être bien qu’en réalité, ils sont sinceres dans leur démarche á vouloir nous aider mais une chose est sûre, ils n’ont aucune idée sur la nature et la fondamentalité de nos problemes et de nos intérets et non plus n’en manifestent pas le moindre desir d’en savoir.  Ils sont pressés.

La situation s’explique comme ce malade qui part consulter un médecin, et ce dernier  trop pressé,  ne juge pas nécessaire de s’enquérir sur les motifs du problemes, et commence á diagnostiquer et conclure ses prescriptions.  Ignorant et stupide, le malade recoit le diagnostic comme une parole d’évangile et se rejouit en repartant. Il se procure des medicaments et les prend fidelement selon les indications. Et qu’est-ce qui arrive?  Les Médicaments agravent le probleme et en créent d’autres! Le malade trop satisfait des méthodes de son fameux médecin décide d’y retourner, encore et encore et encore… Et le même processus se répete Encore et encore!
“C’est le cas d’un malade fou et d’un faux- médecin charlatan!”
Je n'entends pas cautionner la nature ou la sagesse de la decision, “Est-ce  une mauvaise mesure? j’en doute fort.”  Mais le probleme c’est qu’il est irresponsable de la part de l’OEA de filtrer une telle déclaration, encore moins en publique et le pire avant même d’en avoir discuté au gouvernement et aux principaux acteurs du conflits. Ces démarches se réalisent selon des protocoles diplomatiques car elles pourraient être  des bombes á retardement.
Ceci requiert une certaine gallantrie politique dans laquelle la souverainté nationale déjá débile ne serait aussi flagrantement bafouée (Car il faut pas oublier qu’il s’agissait du résultat (bon ou mauvais) d’une “élection”). Pourquoi OEA n’avait pas opté á inviter les trois candidats á une réunion á huis clos, sans couverture de la presse , au cours de laquelle elle aurait libre court  de demander et jusqu’á faire pression sur Jude de concéder au compromis . J’en suis sur qu’ils auraient pu trouver suffisamment de dossiers flou dans son passé pour l’intimider.
Ils savent pertinemment que ces mesures doivent se prendre apres un pourparlers avec les candidats au cours duquel on les pressure á se retirer eux-même avec des messages de paix et de compromis. Et les autres candidats auront pour devoir non pas de crier au triomphalisme provacant et frustrant sinon applaudir ce fair-play programmé, ce courage et ce désir apparent pour l’avancement et la stabilitee du pays. C’est ainsi que ça se fait dans les pays  de democratie mature et de souverainté solide. Voilá comment eux, ils le font dans leur propre pays quand il est question de conflit dans les élections.
Telle démarche serait sans nul doute plus néccessaire pour le  moment et plus profitable á ce peuple  qui déjà souffre et meurt inocemment dans une lutte qui  lui est étrangere  et qu’ en aucun cas il ne saurait sacré gagnant sinon Victime et perpétuelle victime.
Ceci doit nous servir de leçon pour comprendre que ces organisismes internationaux, en temps de crise, jouent rarement au profit des nations sinon á leur propre bénéfice, lequelle consiste en générateur de nouvelle crise de la que découlera leur prochaine mission. Si il n’y pas de crise, il n’y aura pas de mission spéciale et encore moins d’OEA dont l’existence et l’importance  s’apprécient  d’ailleurs autour de ces conflits.  Comment ne pas voir que cette filtration est une déclaration intempestive, de guerre et provocatrice. Une manque de responsabilité, une atteinte á notre souveraineté, notre intelligence, notre démocracie et susceptible de déclencher une nouvelle crise d’affrontement pour la célébration de la premiere année du séisme.
En nous j’ai pu voir non seulement cette histoire du “Malade-fou et du faux-médecin” mais aussi celle de ce sot-client qui demande d’être assessoré  par ce rusé- Banquier sur la necesité et le desir de retirer tout son Argent de la Banque de celui-ci, et ce pour aller á une autre…
Mes frères, la solution doit partir de nous, de notre dialogue et de notre compromis avec nous-même.  Cessons de jouer l’adversité par la force,  et  défaisons-nous de ce caractere triomphaliste qui caractaerise nos luttes en politique,  caractere qui blesse et fruste les protagonnistes. Arretons de compter sur ces organismes internationaux, qui sont des faux-médecins et des ruse- banquiers. De part leur nature, ils sont incapable d’avoir des solutions á résourdre ces problemes. Regardez en Côte d’Ivoire, Somali, Sudan, Palestine, Afghanistan, et même plus loins le génocide de Rwanda.
Il faut travailler á leur faire comprendre,  sans heurts ni arrogance qu’ils sont des alliés-partenaire, avec qui le contexte globaliste du monde nous impose á travailler, et ce á trouver nos “propres” solutions et par nous-même. Bien sûr que nous sommes disposés á écouter leur conseil mais non sur cette forme paternaliste neo-coloniale de décideurs et de chariteurs de solutions bidon et arrogantes des dossier dont, maladroitement ils ne font qu'á aggraver.

Je sais que tout ce que je viens de dire lá, ne sont que des cris au Coeur du Sahara! D’ailleurs Qui suis-je du haut de mon ignorance pour que mon écrit soit pris au sérieux!
Mais je le dis,  Une erreur de plus a été commise pour une nouvelle crise…
     A Bon lecteur, Salut!

Mirvaldy B. Joseph 


        
      Lisez ceci: http://www.radio-canada.ca/nouvelles/International/2011/01/10/013-haiti-celestin-oea.shtml

1 comments:

  • Reginal said...

    Mon frère spirituel contrairement a t0i cela ne me surprend guère car si on s’évertuait de lire entre les lignes,on verrat que la fin de cette révoltante scène était prévisible. Déjà le début de ce processus laissait augurer tous les maux auxquels on devait s'attendre(indépendance bafouée,sol souille, l’âme haïtienne avilie..)On peut ps parler d’ingérence car ils ne st ps venus de leur propre chef,ils y sont sous la demande du chef imaginaire passez-moi l'expression puisqu’il n'y a ps d’Etat on peut ps dire chef de l’État et puisqu'il n'a jms eu d’État on ne saurait parler de gouvernement parce qu'on a ps de dirigeants on n'en a que des exécutants n'en déplaisent a mes frères et soeurs patriotes.En représailles nul ne peut tirer profit de sa propre erreur car le méchant fait tjrs une oeuvre qui le perd et ls derniers jours de Mr st comptes mais,mais...Malheur a l'homme par qui le scandale arrive quand la nation aura a demande des comptes et elle en demandera...